coqHier fut un mauvais jour… Car pour mon malheur, certains entretiens de sélection se font encore hors de ma présence. Bon, c’est pour un autre sous-service, l’un de ceux avec lesquels je ne suis pas souvent amené à collaborer, mais quand même… Je pensais pouvoir leur faire confiance. Hé bien, de toute évidence, non ! J’ai rencontré hier la personne sélectionnée ; c’était son premier jour et j’eus souhaité que ce fut son dernier.
Bon, que le personnage ne m’agrée pas, soit… Tout le monde ne peut pas me plaire. Car oui, je suis assez sélectif. Au pire je peux fréquenter de loin des collègues qui me sont indifférents.

Quand ils sont confrontés à quelque-chose qu’ils n’appréhendent pas, les gens fonctionnent par analogies… Et là je suis mal… Ce personnage m’a déplu avant même le moment où ce que j’avais supputé s’est trouvé confirmé par son dossier personnel, à savoir que je ne suis plus le seul gay du service. Ce qui en soit n'est pas un drame... je suis unique mais je pourrais être partageur... si si...
Mais celui-ci je n’en suis pas fier. Et je ne souhaite pas que l’on fasse l’amalgame. Ce qui se fera immanquablement : les gens manquent tellement d’imagination. Je ne devrais pas faire d'amalgame moi-même? On voit bien que ce n'est pas vous qui avez dû subir les remarques du genre "Tu t'en doutais?" "Il te plait?" "Tu le connais?" .... Aaaaargh...
La lutte va être rude, je le sens. Et la mise à mort est irrémédiable.
« Un coq par tas de fumier », moi je dis… Et je ne suis pas prêt à partager le mien (de tas).

Bon weekend quand même!