Man_sitting_on_toiletParfois, je me demande... Je me demande si je lis bien ce que je lis, et si il n'y aurait pas moyen d'empêcher mon imagination de délirer... Innocemment donc, ce matin, j'ouvre mon journal à la page «Tout et Portnawak» et je lis que les ultrasons pourraient devenir un moyen contraceptif efficace pour les hommes, selon mes potes les chercheurs américains qui ont le chic pour me faire rire.
Cette fois-ci, la blague scientifique du jour vient de Caroline du Nord où des chercheurs désœuvrés ont soumis les testicules de rats à des séances d'ultrasons, une solution saline chauffée à 37 degrés reliant les testicules à l'émetteur d'ultrasons afin d'en assurer la conductivité. Alors déjà, mon imagination m'envoie des images de l'installation nécessaire à l'expérience et de la laborantine aux doigts de fée qui s'est chargée pendant des semaines du montage de l'installation en question. Et là donc... les chercheurs sont arrivés à ramener à zéro le décompte des spermatozoïdes (ont-ils remercié la laborantine aux doigts et à la patience de fée ?). Miracle !

Naturellement, devant une découverte majeure de ce genre, ils ont songé tout de suite à transposer les résultats sur l'homme - enfin le client potentiel, quoi (rentabilité oblige). Une éjaculation chez l'homme représente 39 millions de spermatozoïdes, pour votre info. Un total inférieur à 15 millions est considéré comme une concentration faible.  Et toujours pour info, pour ceux que cela intéresse, on nous annonce la sortie prochaine d'un appareil permettant le décompte de spermatozoïdes à domicile (chouette idée de cadeau pour le prochain réveillon... ne me remerciez pas).
Comme le rat reste fertile même avec une très faible concentration de spermatozoïdes, que tout a disparu ou presque, et qu'il n'en faut pas autant pour que l'homme soit déclaré stérile, cette méthode semble très prometteuse pour contrôler les naissances dans les foyers américains. Non ?

Bon... il faut encore voir si un recours répété aux ultrasons est sans effet sur la santé avant de le commercialiser. Mais mon imagination (fertile, elle, même sous ultrasons) n'a pas pu s'empêcher de m'envoyer d'autres images : celle de l'américain de classe moyenne (blanc avec la maison hypothéquée et comblé avec ses 1,2 enfants) désireux d'épargner à sa femme la prise de moyens contraceptifs, assis sur la cuvette des WC en train de poser des écouteurs sur ses valseuses avant de s'acquitter de ses devoirs conjugaux hebdomadaires... et  leur passant des ultrasons afin d'éliminer un max de spermatozoïdes prêts pour le sprint reproducteur...
Et là je me suis écroulé de rire, et mes collègues ont débarqué mais je n'ai pas osé leur décrire l'objet de mon hilarité bruyante... J'étais sensé rédiger leurs évaluations.

Bonne journée ^^