tgvEn cette fin d'été, la rentrée n'était pas trop à l'ordre du jour. Après un mois portugais, dès mon retour à Bruxelles j'ai planifié mes week-ends d'août (et suivants). Mon id douillet remis à neuf, il me fallait voir du monde, voir mes amis un peu perdus de vue parce qu'ils ont le mauvais goût d'habiter en France (c-à-d. loin)... Et puis, même si nous disposons d'une multitude de moyens de communication, rien ne vaut un bon "visu" pour être sûr que tout va bien, un peu comme des animaux ont besoin de se renifler pour juger de l'état de l'autre. Heu... peut-être pas, mais vous situez l'idée. Donc ne nous égarons pas sur les chemins tortueux des dépendances hormonales... Empruntons plutôt celui de l'école buissonnière.

Le plaisir de se revoir et puis surtout de se faire la fête, de redevenir des sal'gosses immatures, de passer ses soirées (et de ses nuits) à tchatcher... "Qu'est-ce qui te plaît chez tes amis?" Chaque rencontre est  à chaque fois différente, voire surprenante. "Et qu'as-tu fait? qu'as-tu visité?" ... Ben, mes amis... cette question! Certes, la balade invite bien aux confidences de qualité différentes de celles obtenues sous influence alcoolique, mais ces week-ends ne sont pas à finalité culturelle, voire pire sportive. Il s'agit de "se sentir bien ensemble".

Bon, j'avoue, j'avais aussi une amitié à raviver après une période de terre brûlée. Et je dois dire que Attila le Hun n'est rien dans le domaine de la dévastation, comparé à deux amis qui s'entre-déchirent, s'engueulent puis s'ignorent.

Pour paraphraser Pink :  
"But I hate you
I really hate you, so much
I think it must be
True love true love
It must be true love"

Bonheur de se revoir, donc... de se sentir bien ensemble à nouveau, et aussi de se refaire la fête.
Et non, n'imaginez pas deux chiens se roulant dans l'herbe en faisant un boucan infernal... mais c'est allégoriquement, un peu cela. Plaisir de partager un bon moment, une grande complicité, une dégustation dans une cave à vin, un brunch sous la pluie...
J'ai donc durant ma période de silence pleinement profité du bonheur simple de l'amitié, et de celui de pouvoir se l'offrir. Et ce n'est pas fini.

Bonne semaine ^^